• Nathalie Serre

La confiance d'un coach - Episode 2

A travers ce nouvel article je souhaite aborder le thème de la confiance en soi par le biais du coaching de vie.

En effet, comment, en se faisant coacher, cela impact directement notre confiance en soi?



Avant de commencer, laissez moi vous partager un extrait du livre de Charles Pepin (philosophe) - La confiance en soi, une philosophie (éditions - Allary Editions)


" Lorsque nous fréquentons un maître en arts martiaux, un coach sportif, un professeur de yoga - autant d'amis possible au sens d'Aristote- - ,nous gagnons en confiance en nous , et pas simplement parce que nous acquérons des compétences. Sensible à l'attention et à la bienveillance d'un autre, accompagnés par quelqu'un qui nous veux du bien, nous retrouvons notre vérité d'être relationnel. Alors, ce n'est pas tant notre professeur de piano ou notre maître en arts martiaux qui nous donne confiance, mais la relation que nous avons avec lui. cette relation se vit au travers de rendez-vous réguliers qui rythment notre progression. Nous sentons, chaque fois, sa satisfaction de nous voir nous améliorer, sa capacité à nous motiver, à nous soutenir lorsque nous rencontrons des difficultés. Peu à peu, la confiance qui est la sienne devient la nôtre: c'est le mouvement même de la confiance, et la manière proprement humaine d'apprendre.

Un bon maître nous mets en confiance en nous faisant répéter les bons gestes, en nous faisant faire nos gammes. Puis il nous invite à passer à l'acte: il nous fait confiance. Quand autrui nous donne confiance, ces deux aspects sont toujours entrelacés."



La confiance en soi est un élément central qui est abordé dans tous les coachings à un moment ou à un autre. Que le sujet soit amené par le biais d'un problème professionnel ou bien de la relation avec son conjoint, le rapport que l'on a avec nous même se présente dans les échanges avec son coach.


La confiance est une équilibre instable en perpétuel mouvant à l'intérieur de nous. Equilibre entre maîtrise et abandon.

  • la maîtrise car il faut à minima connaitre son sujet, nourrir son côté "expert".

  • l'abandon car une fois que le savoir faire est maîtrisé, il convient de revenir (et de s'abandonner) dans son savoir être.

Dans ma profession de coach, certains confrères/ consoeurs axent leur travail sur le développement de cette confiance: comme la musculature d'un sportif qui doit être renforcée durant de longues heures d'entrainement.

"Entrainez vous suffisamment pour pouvoir faire face à toutes les situations"

Cela devient du développement personnel avec une approche agressive et non plus du coaching de vie.


Je m'attache au déploiement de mes client(e)s partenaires et non à leur développement, car le postulat de tous mes accompagnements est:

La personne que j'accompagne à déjà tout en elle et ma foie en sa capacité à y parvenir est indéfectible.

Dans la branche du coaching de vie, nous avons la VIE au centre de toute notre méthode d'accompagnement.

L'abandon qui est nécessaire à notre confiance en soi, se trouve dans cette espace de vie, où tout est possible, où l'inattendu et la surprise se manifeste.

Loin de moi l'idée de rentrer dans un discours mystique, prônant l'abandon total de soi pour ETRE dans les mystères du monde. Non, cette posture est valable si vous décidez de vivre au fond d'une grotte votre spiritualité, coupé(e) de la civilisation, et donc dans une certaine mesure de la vie.



A travers ce thème central de la CONFIANCE EN SOI, il s'agit de trouver un juste équilibre permettant de prendre conscience de nos capacités, zones d'excellences; puis de lâcher le regard que l'extérieur peut avoir sur nous et nous concentrer sur que nous sommes: notre SAVOIR ÊTRE.


Socrate nous dit d'ailleurs:

Cesser d'écouter les traditions, vous avez en vous de quoi répondre aux grandes questions.

J'utilise volontiers le terme entrainement lorsqu'il s'agit de confiance, car pour mes client(e)s partenaires le mouvement naturel de cette confiance n'est plus aussi vif qu'au paravent.

Relancer ce mouvement commence dès les premières minutes d'un accompagnement: dans les premiers échanges avec son coach, la personne accompagnée va naturellement (si le coach fait bien son job !) placer une confiance dans cette relation.


La confiance en soi commence avant toute chose dans la confiance en l'autre.

Le coach se faire le miroir de cette relation de confiance, qui va être renvoyée à son client(e)s partenaires, et permettre à son mouvement intérieur de reprendre avec de plus en plus de vigueur.

Lorsque l'autre à confiance en nous, cela nous ouvre les portes de notre propre confiance.

Tout au long des séances de coaching, cet échange de Miroir & de Reflet vont se renforcer jusqu'à ce que l'accompagné(e) n'ai plus besoin de l'être car il/elle s'aura le faire par lui/elle même, en toute confiance.



Et vous, qu'en pensez- vous ?